Wanna blog? Start your own hockey blog with My HockeyBuzz. Register for free today!
 

A Word With Captain Kirk

August 13, 2022, 5:56 PM ET [161 Comments]
Karine Hains
Montreal Canadiens Blogger • RSSArchiveCONTACT
Follow me @KarineHains for all updates about the Montreal Canadiens and women's hockey

As the 30th anniversary of the 1993 Canadiens’ Stanley Cup conquest draws near, Tek Chher, the owner of TW Prestige has decided to offer his customers as many autograph opportunities as possible with the players who captured the last Habs’ cup, and it started today with Kirk Muller. A lot of fans made the drive to Repentigny to meet Captain Kirk and get his autograph, but I was the only one lucky enough to get an interview with him.

As you probably know, Kirk Muller had a 19-season career in the NHL, playing for the Devils, the Canadiens, Islanders, Leafs, Panthers and Stars. 4 years after retiring, he found his way behind the bench as an assistant coach with the Canadiens, before moving on to become the head coach of the Milwaukee Admirals first and the Carolina Hurricanes for 3 years after which he went to St-Louis as an assistant before being brought back in the fold as an associate coach by Montreal. He was then dismissed in February 2021 when Claude Julien was. He landed on his feet and is now an associate coach in Calgary.

KH: Once you’ve played or coached a team in the NHL, does it become special to you, or does it just become like any other team in time?

KM: I think it eventually does, I mean first you’ve got to be really proud to be in the NHL, it’s a dream come true just to make it and then when you play for a team and get the opportunity to win a Stanley Cup, it’s always the memories that you most remember. I got to do that in my days in Montreal, so I’ll always have a soft spot for Montreal.
KH: If it was up to you, if you had a vote in the matter, who would be the next captain of the Montreal Canadiens?

KM: (Laughs) You know what? They’ve got a lot of great leaders in that room, there’s been a lot of personnel change and all that so it’s a tough one for me to answer but there’s certainly a lot of good leadership there and a few really good choices.

KH: Is there such a thing as being too young to be a captain?

KM: I don’t think so, I mean I was named captain in New Jersey when I was 20 years old. It really depends on if you’re prepared for that position and the role. As long as it doesn’t change the person’s personality and who they are and they can handle the pressure of it, I don’t think you can really put an age on when guys are ready to lead an NHL team.

KH: How do you feel about losing both Gaudreau and Tkachuk in the same offseason in Calgary?

KM: We lost 2 very good hockey players, 2 guys that were really part of the success of that team, not only this year but what they did since the start of their career since it was both their first team in the league and it’s probably special for them that way. But you know, it’s a business and those guys made choices which we all respect and our GM did a great job bringing in Huberdeau and Weegar, so while we’re disappointed that we lost those guys, we’re really excited about the guys that we got. The long-term signing of Huberdeau is a big commitment for both sides, it’s really positive and exciting that he likes the team and the direction it’s taking enough to want to be there long term.

KH: On that 93 Cup conquest, you know that unbelievable run of wins in overtime, did it get to a point where once you reached overtime, you all thought “yeah, we’ve got this we’re in OT, we’ll win it” or did you not want to jinx it?

KM: That’s a good question but it’s funny when you’re in the moment, we never thought “oh this is our 4th OT win in a row, or our 7th” you’re just kind of in the zone and in the moment so you’re not thinking about anything else than playing that period of hockey that’s coming up. I don’t think any of us kind of kept count, we didn’t realize we were setting a record at the time.

KH: I started watching hockey in ’86 and I was 13 years-old for the ’93 Cup run and I was so on board that year, it was funny at home since my dad was a Nordiques’ fan so in the first round, when Quebec took a 2-0 lead, he was really unbearable with the teasing. Do you remember when someone from the Nordiques organization said that they had “solved Roy”? Did Roy say anything about that?

KM: Well, you know, Patrick is one of the best competitors’ I’ve played with and anything that he would hear like that would just fuel the fire. What did stick with me when we were down 2-0 though was Serge Savard talking to us in the room and saying, “We’re playing well, we’ve got to relax, we’ll be ok if we just keep playing our game”. For me that was the most powerful message, that your general manager was there, and he didn’t panic, he just believed in us, that we’d have great success and I’d say we did.

KH: You’ve played with Patrick Roy, you’ve coached Carey Price, one must win game, who do you start in net, which of the 2 do you pick?

KM: (Laughs) Could I get them to split? (laughs) You know, I’ve seen both of them win hockey games strictly on their own, so I’d be very comfortable with having either of them in net.

KH: One last question, what’s the nicest item you got to autograph today?

KM: Oh, I was wowed by that painting of me! It’s just awesome I love it, the painter [Nancy Osborne] is really talented it was amazing to see. The likeness is really good!



There you have it, my 10 minutes sit down with Captain Kirk who was an absolute joy to talk to, not only for me, but for everyone who went to the signing today. You can tell that he loves the game and the fans and he’s ready to take the time for them. The next signing with a 1993 Cup winner will be with Eric Desjardins in early September, but it’s going to be a private one, if you’d like to get something signed though, you can drop it at TW Prestige, 423 Boulevard Lacombe, Repentigny. Tek Chher and his team will take great care of your items.

À l’approche du 30e anniversaire de la dernière conquête de la Coupe Stanley du CH en 1993, le propriétaire de TW Prestige, Tek Chher, a décidé d’offrir à ses clients le plus d’opportunités possible d’obtenir l’autographe des joueurs qui ont été les artisans de cette victoire. Ça commençait aujourd’hui avec Kirk Muller. Beaucoup de fans se sont déplacés à Repentigny pour avoir la chance de rencontrer Muller et d’obtenir son autographe, mais je suis la seule à avoir eu la chance de l’interviewer.

Comme vous le savez probablement, Kirk Muller a connu une longue carrière de 19 saisons dans la LNH jouant pour les Devils, les Canadiens, Islanders, Leafs, Panthers et Stars. 4 ans après avoir pris sa retraire, il s’est retrouvé derrière le banc à titre d’assistant entraîneur, avant de devenir l’entraîneur chef des Admirals de Milwaukee puis des Hurricanes de la Caroline pendant 3 ans. Il s’est ensuite joint aux Blues à titre d’assistant avant de revenir à Montréal à titre d’entraîneur associé. Il a été remercié en même temps que Claude Julien en février 2021 mais il est retombé sur ses pieds et est maintenant entraîneur associé à Calgary.

KH: Une fois que vous avez joué ou coaché une équipe, est-ce qu’elle devient spéciale pour vous ou elle est juste comme les autres après un certain temps?

KM: Je crois qu’éventuellement, elle devient comme toutes les autres. Cela étant dit, premièrement tu es vraiment fier de te rendre dans la LNH, c’est un rêve qui se réalise de juste se rendre à ce niveau, mais quand tu joues pour une équipe et que tu as la chance de remporter la Coupe avec celle-ci, ça reste toujours tes plus beaux souvenirs. J’y suis parvenu pendant mes années à Montréal et le CH aura toujours une place spéciale dans mon cœur.

KH: Si vous aviez votre mot à dire, qui serait le prochain capitaine des Canadiens de Montréal?

KM: (Rire) Vous savez quoi? Ils ont de très bons leaders dans ce vestiaire, il y a eu beaucoup de changement de personnel alors c’est difficile pour moi de répondre, mais il y a définitivement beaucoup de leadership dans ce vestiaire et il y a quelques vraiment bons choix.

KH: Est-ce possible d’être trop jeune pour être capitaine?

KM: Je ne crois pas, j’ai été nommé capitaine à 20 ans au New Jersey. Ça dépend vraiment de l’individu, s’il est prêt à prendre cette position, ce rôle. Tant que ça ne change pas sa personnalité, qui il est et qu’il peut supporter la pression qui vient avec, je ne pense pas qu’on peut vraiment déterminer un âge à partir duquel un joueur est prêt à être le meneur d’une équipe dans la LNH.

KH: Comment vous sentez vous après avoir perdu deux joueurs importants (Gaudreau et Tkachuk) dans la même saison morte à Calgary ?

KM: On a perdu 2 très bons joueurs, 2 joueurs qui faisaient partie du succès de l’équipe pas juste cette année, mais depuis le début de leur carrière comme c’était leur première équipe à tous les deux, je suis certain qu’elle est spéciale pour eux dans ce sens-là. Mais vous savez, le hockey, c’est un business, et ces gars-là on fait un choix que nous respectons tous. Notre GM a fait du très bon boulot en allant chercher Huberdeau et Weegar, alors même si on est déçu de les avoir perdus, on est très excites d’avoir obtenus les 2 nouveaux joueurs qu’on a. La signature à long terme de Huberdeau est un gros engagement des deux côtés, c’est très positif et excitant qu’il aime l’équipe et la direction qu’elle prend assez pour vouloir rester pour longtemps.

KH: À propos de la conquête de 93, vous savez cette série de victoires en prolongation, est-ce qu’à un certain point vous vous disiez en allant en prolongation “c’est à nous ce match-là, on est en prolongation, on va l’emporter” ou vous ne vouliez pas vous porter malchance?

KM: C’est une bonne question mais c’est drôle, quand tu es dans cette situation, tu es vraiment dans le moment présent, on n’a jamais pensé “wow ça fait 4 victoires ou 7 victoires en ligne en prolongation”, t’es juste dans ta bulle et tu penses à la prochaine période de hockey qui s’en vient, tu ne penses à rien d’autre. Je ne crois pas que quelqu’un parmi nous gardait le compte, on ne réalisait même pas qu’on était en train d’établir un record.

KH: J’ai commencé à regarder le hockey en 1986 et j’avais 13 ans quand vous avez gagné en 1993, j’ai vécu ces séries là à fond et c’était drôle à la maison comme mon père était un partisan des Nordiques. Pendant la première ronde, quand Québec a pris les devants 2-0, il m’agaçait tellement c’était quasi invivable. Vous souvenez-vous quand quelqu’un de l’organisation des Nordiques a dit qu’ils avaient “résolu Roy”? Est que Roy a dit quelque chose là-dessus?

KM: Bien, vous savez, Patrick est un des plus grands compétiteurs avec qui j’ai joué, c’est certain que d’entendre quelque chose comme ça n’a pu que mettre de l’huile sur le feu. Ce dont je me rappelle quand on tirait de l’arrière 2-0 cependant c’est que Serge Savard est venu nous parler dans le vestiaire: « On joue bien, il faut rester calme, si on continue de joueur notre « game » on va être corrects ». Pour moi, ça c’était un message vraiment puissant, que notre DG soit là et qu’il ne panique pas, il croyait en nous et qu’on aurait du succès et je dirais que ce fut le cas.

KH: Vous avez joué avec Patrick Roy, vous avez coacher Carey Price, un match que vous devez absolument gagner, qui mettez-vous dans le filet entre les deux ?

KM: (Rire) Je peux leur demander de se séparer le match ? J’ai vu les deux gagner des matchs à eux-seuls, je serais très confortable en ayant l’un ou l’autre dans le but.

KH: Une dernière question, quel est le plus bel item que vous ayez eu à signer aujourd’hui ?

KM: Oh, j’ai été vraiment impressionné par la toile! Elle est vraiment fabuleuse, je l’adore, la peintre [Nancy Osborne] a beaucoup de talent, c’était quelque chose à voir. Elle me ressemble vraiment!



Voilà, le résumé de mes 10 minutes avec Capitaine Kirk avec qui c’est un plaisir de s’entretenir, pas juste pour moi mais également pour tous les fans qui se sont déplacés aujourd’hui. C’est évident qu’il aime son sport et les fans, il est prêt à prendre le temps pour eux. La prochaine séance de signature avec un champion de la Coupe 1993 au début septembre sera avec Eric Desjardins, mais elle sera privée. Si vous aimeriez faire signer un de vos items, vous pouvez l’amener chez TW Prestige, 423 Boulevard Lacombe, Repentigny. Tek Chher et son équipe prendront bien soin de vos items.
Join the Discussion: » 161 Comments » Post New Comment
More from Karine Hains
» Pregame: Canadiens vs Leafs
» In Hainsight: Finding the Upside
» Pregame: Canadiens vs Devils
» The Bell Centre Was Rocking for the Red vs White Game
» In Hainsight: 4 Scrimmages in...