Wanna blog? Start your own hockey blog with My HockeyBuzz. Register for free today!
 

My Top 5 Roy Memories

November 22, 2020, 5:51 PM ET [306 Comments]
Karine Hains
Montreal Canadiens Blogger • RSSArchiveCONTACT
Follow me on Twitter by clicking the following link for all Habs updates!

Let’s face it, not much is happening in Habs land these days so why not take some time to reminisce. This morning, my Facebook memories reminded me that that 12 years ago today, the Canadiens retired Patrick Roy’s number 33 and lifted it to the rafters. I remember this pretty well, because in 2008, I was living in London England and while I was doing my best to watch every single game, the time difference made it hard to do. On Saturday November 22, 2008 though, I had to stay up, I invited a fellow French-Canadian hockey fan over and there, in my living room in Upminster at midnight, we watched as Roy delivered quite a speech and said that he was finally coming back home. The Habs would go on to lose in the shootout that night, but that wasn’t important to me, what mattered was that my favorite player had finally been welcomed back in the Habs family.

There are many reasons that make Patrick Roy my favorite player, but chief amongst them is the fact that he was such a competitor, willing to do everything necessary to take his team to the promise land. Roy was a money player, the guy who would always be at his best when it mattered the most. He showed it in Montreal, and he showed it again in Colorado. Winning not only 4 Stanley Cups but also 3 Conn Smythe trophies. To this day, he remains the only player to capture the playoffs MVP title 3 times and to do it with more than one team. Without further ado, here are my top 5 Patrick Roy memories.

The wink

On the grandest stage of them all, as his Montreal Canadiens were taking on Wayne Gretzky and the Kings in the Stanley Cup final, Patrick Roy was not only excellent but he was also so very confident. It’s one thing to play against a good goaltender, but it’s another one to play against one that gets into your head. That’s exactly what Roy did to the Kings, he made stop after stop and showed them that they wouldn’t be able to beat him. At no point was it more evident than after he made a save and Tomas Sandstrom and winked at him. To me, that was a defining moment in Roy’s career and from that moment on, I knew he would remain my favourite player.



That reply to Jeremy Roenick

During the 1996 Western conference semifinals, Roy’s Avalanche was taking on Jermery Roenick’s Blackhawks and JR has always been a bit of a big mouth. After the refs failed to give Roenick a penalty shot and the Hawks lost game 4 in triple overtime, and Roy had said that he would have stopped him anyways, Roenick told the press: “I like Patrick’s quote that he would have stopped me, I just want to know where he was in game 3? Probably getting his jock out of the rafters” (The Hawks had won game 3, 4-3 in overtime). When that was mentioned to Roy, he simply replied in his not so very good English at the time: “I can’t hear what Jeremy says, because I’ve got my two Stanley Cup rings plugging my ears”. That is one of the best trash talk like I’ve ever heard.



His part in the Avalanche-Red Wings rivalry

Back in the 90s a Colorado-Detroit match-up was sure to be a spirited affair. Not only were the Wings the team against which Roy allowed 9 goals before being pulled in his last game in Montreal, but they were also the Avs’ biggest rival in the West. Things only got worst when Claude Lemieux serious injured Kris Draper by shoving him face first in the boards and from then on, there was a lot of bad blood between the two teams. When Darren McCarty decided to avenge his teammate and settle the score with Lemieux months later, it was Patrick Roy who came flying out of the net to defend his teammate as Lemieux was turtling. I’m not a big fan of fights but that just showed what kind of competitor Roy was and what he was willing to do for his team.



His win on his return to Montreal
After the Habs traded Roy to the Avs in December ’95, the Avs went on to win the Stanley Cup but it wasn’t until March 1997 that Roy played his first game as the visiting goaltender in Montreal. I was 17 at the time and in my last year in high school, in a small town on the south shore of Quebec City. That year, I had chosen geography as one of my options and was I glad I did! Why? Well because the teacher, Claude Miville, found a way to take us to that game on March 5th, 1997 as an Educational Outing. That’s right, the whole class rode a bus to Montreal to visit the General Motors plant on the way, the Museum of Archaeology and History at Pointe-à-Callière and catch the game at the Molson Centre (as it was then called). Being from the south shore of Quebec, most of the students were elated to go see their former team, but personally, I was over the moon to go see my favourite goalie take on his former team. For the first time ever that night, I was glad to see the Canadiens lose as Roy and the Avs won 7-3 and yes, like most of the students, I even wore a Quebec Nordiques jersey that night.

Meeting him at the airport and at the Remparts game
Back in 2009, I was flying home for Christmas and there was heck of a snowstorm which meant significant delays for a lot of flights. When I finally landed in Quebec, I saw my mother gesturing at me from the arrival idea and pointing at none other than Patrick Roy. I immediately told my ex to take care of the luggage and I ran off to go and talk with my idol. Turns out he was there waiting to pick up his son who was flying home from LA and had been delayed because of the storm. I chatted with him for 15 minutes and told him that it was a shame that my Roy jersey was in my luggage because I would have loved it if he could have signed it for me. To my surprise, he said, well, come to the Remparts, find me and I’ll do it there for you. He was good for his word, I turned up at a Remparts game a week later and after waiting for hours (it was the start of the xmas trade window in the LHJMQ), he signed both my Avalanche and my Canadiens Habs jerseys and even posed for a picture. I know, some people have had bad experiences meeting Roy, but every time I’ve met him its been a blast.



Were you a Roy fan? What were your favourite memories of his career?

Soyons honnête, il ne se passa pas grand chose avec le CH ces temps-ci alors pourquoi ne pas en profiter pour se rappeler de bons souvenirs? Ce matin, mes souvenirs Facebook m’ont rappelé qu’il y a 12 ans aujourd’hui, les Canadiens retiraient le chandail de Patrick Roy et envoyait son numéro 33 dans les hauteurs du Centre Bell. Je me souviens très bien de cette soirée, je vivais à Londres en Angleterre à l’époque et, bien que j’essayais de regarder la plupart des matchs en direct, le décalage horaire me compliquait la tâche. Le Samedi 22 novembre 2008 par contre, je n’avais pas le choix, je devais rester debout, j’ai invité une amie Canadienne-française également et dans mon salon à Upminster en banlieue de Londres à minuit, nous avons regardé la cérémonie et écouté le discours de Roy. Le fameux discours dans lequel il disait qu’il revenait finalement à la maison. Ce soir-là, le CH a perdu le match, 3-2 en tirs de barrage contre Boston, mais ce n’était pas important, ce soir-là, l’important, c’était le fait que mon joueur favori était enfin de nouveau le bienvenu dans la famille de la Sainte-Flanelle.

Il y avait tout plein de raisons pour lesquelles Patrick Roy était mon joueur favori, mais la principale est le fait qu’il était tout un compétiteur, qu’il était prêt à faire tout ce qui était nécessaire afin d’amener son équipe à la terre promise. Roy, c’était de l’argent en banque, le joueur qui était toujours à son meilleur quand l’enjeu était le plus grand. Il l’a démontré à Montréal et il l’a démontré de nouveau au Colorado. Il a non seulement gagné 4 Coupes Stanley, mais aussi 3 trophées Conn Smythe. À ce jour, il demeure le seul joueur à avoir remporté cette accolade à 3 reprises et à l’avoir fait avec 2 équipes différentes. Sans plus attendre, voici mes 5 souvenirs préférés de Patrick Roy.

Le clin d’oeil
Sur la plus grande scène qui soit, alors que ses Canadiens de Montréal affrontaient les Kings de Wayne Gretzky en finale de la Coupe Stanley, Patrick Roy n’a pas seulement été excellent, mais il a également été extrêmement confiant. C’est une chose d’affronter un bon gardien, ça en est une autre de s’en prendre à un cerbère qui te joue dans la tête. C’est exactement ce que Roy a fait aux Kings, il a réalisé arrêt après arrêt et leur a montré que non, ils n’arriveraient pas à le battre. Le moment ou ce fut le plus évident fut lorsqu’il réalisa un arrêt sur Tomas Sandstrom avant de lui faire un clin d’oeil. Pour moi, ce fût un des moments charnières de la carrière du 33 et c’est à partir de ce moment que j’ai su qu’il serait à jamais mon joueur favori.



Cette réplique à Jeremy Roenick
Pendant la demi-finale de la conférence de l’ouest en 1996, l’Avalanche de Roy affrontait les Black Hawks de Jeremy Roenick et Roenick avait une réputation d’être un tantinet « grande gueule » sur les bords. Après que les arbitres aient refusé de lui accorder un tir de pénalité, que Chicago se soit incliné en 3e prolongation et que Roy ait affirmé qu’il aurait arrêté le tir de Roenick de toute façon, Roenick avait déclaré aux médias : « J’aime bien la déclaration de Patrick à l’effet qu’il m’aurait arrêté, je me demande juste ou il était pendant le 3e match? Probablement en train de récupérer son support athlétique dans les hauteurs de l’aréna” (les Hawks avaient remporté le 3e match 4-3 en prolongation). Quand ses propos furent rapportés à Roy, il a simplement répondu dans son anglais approximatif de l’époque: « Je n’entends pas ce que dit Jeremy, parce que mes 2 bagues de la Coupe Stanley me bouchent les oreilles ». Définitivement une des meilleures réplique qu’il m’ait été donné d’entendre.



Son rôle dans la rivalité Avalanche-Red Wings
Pendant les années 90s un match Colorado-Détroit était certain de déclencher les passions. Non seulement les Wings était l’équipe contre laquelle Roy avait accordé 9 buts avant d’être retiré de son dernier match avec le CH, mais ils étaient également les plus grands rivaux de l’Avalanche dans l’ouest. La situation s’était même envenimée après que Claude Lemieux eut projeter Kris Drapper tête la première dans la bande, à partir de ce moment-là, on peut dire qu’il y avait beaucoup d’animosité entre les deux équipes. Quand Darren McCarty a décidé de venger son coéquipier des mois plus tard, c’est Patrick Roy qui a littéralement volé au secours de Lemieux alors qu’il tentait de se protéger du mieux qu’il pouvait sur la glace. Je ne suis pas une grande fan des combats au hockey, mais ça démontre très bien le genre de compétiteur qu’était Roy et ce qu’il était prêt à faire pour son équipe.



Sa victoire lors de son retour à Montréal
Après que le CH ait échangé Roy à l’Avalanche en décembre 1995, le Colorado a gagné la Coupe Stanley mais ce n’est qu’en mars 2017 que Roy a finalement pu jouer son premier match en tant que gardien visiteur à Montréal. J’avais 17 ans à l’époque et je terminais mon secondaire. Cette année-là j’avais choisi l’option géographie et j’étais vraiment contente de l’avoir fait! Pourquoi? Eh bien le professeur, Claude Miville, avait trouvé le moyen de nous amener à ce match dans le cadre d’une sortie educative. Eh oui, toute la classe avait pris le bus en direction de Montréal, visitant l’usine de General Motors en chemin, le musée d’histoire et d’archéologie de la Pointe-à-Callière et finalement, voir le match au Centre Molson (comme il s’appelait à l’époque). Venant de la rive-sud de Québec, la plupart des élèves étaient aux anges de pouvoir voir leur ancienne équipe, pour ma part, je tripais de pouvoir voir mon jouer favori croiser le fer avec son ancienne équipe. Pour la première fois ce soir-là, j’étais contente de voir le CH perdre comme Roy et l’Avalanche l’avaient emporté 7-3. Et je l’avoue, comme la plupart des élèves, ce soir-là je portais un chandail des Nordiques.

L’avoir rencontré à l’aéroport et après un match des Remparts
En 2009, alors que je revenais à Québec pour Noel, il y avait toute une tempête de neige causant de nombreux retards dans les vols. Quand j’ai finalement atterri à Québec, j’ai vu ma mère qui tentait d’attirer mon attention en faisant de grands gestes et qui pointait vers nul autre que Patrick Roy. J’ai immédiatement dit à mon ex de s’occuper des bagages et je suis partie à la course pour aller jaser avec mon idole. Heureux coup du sort, il se trouvait à l’aéroport pour attendre son fils qui revenait de Los Angeles sur un vol lui aussi retardé. Je lui ai parlé pendant 15 minutes et je lui ai mentionné que c’était dommage que mon chandail de lui soit dans mes bagages comme j’aurais aimé lui faire signer. À ma grande surprise, il m’a dit: “Tu n’as qu’à venir aux Remparts et je vais te faire ça!” Il a tenu parole, je suis allée à un match des Remparts une semaine plus tard et après avoir attendu des heures (c’était le début de la période de transactions des fêtes dans la LHJMQ), il a signé mes chandails du CH et de l’Avalanche en plus de poser pour une photo. Je sais que ce n’est pas tout le monde qui a eu une bonne expérience en rencontrant Roy, mais moi, à chaque fois, ça se passe super bien.



Étiez-vous un fan de Roy? Quels sont vos souvenirs préférés de sa carrière?
Join the Discussion: » 306 Comments » Post New Comment
More from Karine Hains
» Chris Who?
» According to Kypreos...
» The First Test
» Game On!
» The Die is Cast